Southern Hills, le lieu du championnat PGA n’est pas stable…

Southern Hills, le lieu du championnat PGA n'est pas stable…

Le très privé Southern Hills Country Club accueille cette année le 104e PGA Championship non sans une certaine appréhension quant à son histoire, émaillée d’incidents qui ont mis à mal la quiétude de Tulsa, la ville de l’Oklahoma dans laquelle il se trouve.

Autrefois surnommée la « capitale mondiale du pétrole », Tulsa a bénéficié de l’or noir pour son expansion au début du XXe siècle. Cela se traduit logiquement par la création d’un club de golf, le Southern Hills fondé en 1936. Ce club devient rapidement le théâtre de grandes compétitions dont l’US Open et, bien sûr, le PGA Championship.

Lors de ces occasions, les yeux du monde du golf sont rivés sur cette ville très emblématique pour les fans de Neil Young qui adorent son parcours envoûtant et propre, The Last Trip to Tulsa. On ne connaîtra jamais le vrai sens de la chanson, peut-être que le rockeur a souffert des affres de la chaleur qui s’invitent régulièrement dans cette ville qui a connu en 1921 l’une des pires émeutes raciales du pays.

Une histoire de température

Les températures torrides des différents tournois sont… glaçantes. Lors de l’US PGA 2007 remporté par Tiger Woods, la température moyenne avoisinait les 40° ! Plusieurs joueurs ont déclaré que le plus important était de survivre. L’Anglais Anthony Wall et l’Indien Jyoti Randhawa ont succombé à la chaleur et ont abandonné. Après un premier tour réussi en 1967, trempé de cigarettes et de beaucoup de boissons, l’hilarant John Daly a déclaré: « Nous l’avons fait. Nous avons réussi à jouer 18 trous. »

Tiger Woods et tous les joueurs transpirent abondamment sur le terrain de Tulsa – Photo de Jeff Gross / Getty Images

Chacun avait sa méthode. La plus éprouvée futcell de John Daly justement, qui n’a pas joué les parties de reconnaissance, préférant transpirer sur les tables de jeu d’un casino climatisé… Comme d’autres, Darren Clarke a choisi une solution plus classique : boire de la l’eau. Plus que les autres en fait : il aurait avalé 15 litres sur 18 trous !

Voir aussi

Southern Hills, l’endroit du PGA Championship pas si tranquille… en vidéo

Une histoire de règlement de comptes

Heureusement, cette semaine de mai, le tournoi ne devrait pas atteindre de telles températures. Peut-être seulement sur le parking du club, théâtre d’un règlement de compte en 1981. Un mafieux local a attaqué à mort un membre du club, l’homme d’affaires Roger Wheeler, patron de la Ligue mondiale de pelote basque qui a provoqué plusieurs paris cachés. …

Une histoire de menaces de mort

Mais l’incident le plus célèbre reste celui qui s’est produit en 1977 lors d’un US Open. En tête du tournoi, l’Américain Hubert Green a reçu des menaces de mort lors de la dernière journée. Ils sont très précis : « au 15ème trou ils vous tirent dessus ». Averti, le joueur se voit proposer une solution radicale par les organisateurs : évacuer la foule et jouer le lendemain !

Soumis à une énorme pression pour remporter un majeur pour la première fois, « Hubie » ignore le danger et décide de continuer son jeu. Simple blague ou véritable menace qui n’a pas été réalisée, personne ne le saura jamais. Cependant, le FBI a pris l’affaire au sérieux et a organisé une surveillance étroite du joueur qui a finalement réussi à gagner.